Accueil » Blog » Transition professionnelle » Mes conseils pour bien vivre sa transition professionnelle

Mes conseils pour bien vivre sa transition professionnelle

bien vivre sa transition professionnelle

Cela fait quelques années que j’accompagne des personnes à la croisée des chemins. Rebondir, quand on n’a plus de job, c’est comme prendre un billet pour un voyage dont on ne connaît ni la destination ni la durée.

Ces incertitudes sont autant d’éléments qui génèrent de l’anxiété. L’espace de temps dont vous disposez est pourtant aussi un espace de liberté qui peut être inconfortable mais qui n’en est pas moins un moment idéal pour explorer le champ des possibles de sa vie. Voici quelques conseils pour vivre au mieux cette traversée.

Structurez vos journées

Se lever le matin sans aller au bureau, regarder un agenda vide peut donner le vertige, voire donner envie de rester au lit. Pour garder la pêche, garder son souffle dans la durée, structurez vos journées. Créez dans votre agenda des plages, qui sont chacune dédiée à une activité (voir plus loin). Fixez-vous une heure de réveil réaliste, et respectez-la. Alternez des activités que vous aimez et celles qui demandent des efforts.

Créez un espace pour vous

Que vous viviez en appartement ou dans une maison, seul(e) ou en famille, créez un espace cosy où vous vous sentirez bien. C’est là que vous donnerez naissance à votre nouvelle vie. Pas besoin d’un budget : chinez dans votre maison ! Une jolie lumière, une bonne chaise, quelques photos ou jolies photos et le tour est joué ! Choisissez un coin ou une pièce calme et prenez le temps de l’aménager pour en faire un lieu confortable, qui vous plaise. Si la musique vous inspire, n’oubliez pas le fond sonore.

Prenez le temps de bien manger

Prenez le temps de préparer vos repas, avec, autant que possible, des aliments frais. Présentez les joliment, même si c’est “for your eyes only” : mettez la table, asseyez-vous confortablement. Prenez le temps de manger en mastiquant la nourriture : vous la digèrerez d’autant mieux. Comme la digestion prend beaucoup d’énergie, vous serez plus tonique après le repas.

Gardez un œil sur votre consommation d’alcool. Si vous avez l’impression que l’alcool vous aide à vous détendre, dans les faits, l’alcool est dépressogène. Si votre consommation a tendance à augmenter, fixez-vous des règles. Si vous avez du mal à les respecter, parlez-en à votre médecin traitant. Et buvez au moins 1,5 litres d’eau par jour.

Habillez-vous

Si je m’habille comme une poubelle, je me sens comme une poubelle !

En période de transition, plus qu’à aucun autre moment, il est très important de prendre soin de soi et de s’habiller soigneusement chaque jour ! À bas les joggings, les T-shirts qui pendouillent et les cheveux hirsutes. Si vous croisez votre regard dans un miroir et qu’il vous revoit l’image d’un autre que vous, mal fagoté, c’est votre estime de vous qui en prend un coup. Donc prenez le temps chaque jour de vous faire très beau (belle), même si vous n’avez pas de rendez-vous!

Bougez

Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige : sortez tous les jours pendant au moins une heure. Si vous marchez ou que vous faites une activité physique, cela vous permettra de prendre un peu de recul et de sécréter des endorphines, l’hormone du bien-être. Rappelez-vous : il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que des vêtements inadaptés !

Apprenez quelque chose de nouveau

Dessin ? Chant ? Bricolage ? Danse ? Dédiez une demi journée ou une soirée par semaine à l’apprentissage de quelque chose de nouveau, qui n’a rien à voir avec votre activité professionnelle. C’est juste l’occasion de vous plonger dans une nouvelle activité, que vous n’avez pas encore eu l’occasion de faire et qui demandera toute votre concentration. Cela peut aussi être l’occasion de faire de nouvelles connaissances qui partagent un hobby, voire une passion avec vous. Vous allez renouer avec le plaisir d’apprendre. Cette satisfaction viendra indirectement nourrir votre équilibre personnel.

Donnez

Pour se sentir épanoui, pour garder du recul par rapport aux hauts et aux bas de la vie, il est vital de se sentir utile. Je vous engage à travailler en tant que bénévole dans une ONG une demi-journée par semaine. Il y a des centaines d’associations qui ont besoin d’un coup de main. L’écologie ? le handicap ? l’enfance ? les personnes âgées ? la maladie ? l’alphabétisation ? les animaux ? les causes sont multiples . Choisissez une ONG dont le but vous tient à cœur. Ne tardez pas à prendre contact : les ONG sont souvent moins réactives que les sociétés privées et une formation est souvent nécessaire avant de pouvoir se joindre à l’équipe de bénévoles.Vous sentir utile nourrira votre période de transition qui est aussi une période d’exploration.

Créez et entretenez les liens

Créez et entretenez le lien avec les personnes que vous êtes à même de rencontrer et qui sont dans la même situation que vous: se serrer les coudes et s’encourager, sans se comparer permet de se sentir moins seul(e).

Aimez

Quelle que soit votre situation privée, cette transition est une opportunité de prendre du temps pour ceux que vous aimez ou, pour les célibataires, pour faire de nouvelles connaissances.

Gérez votre sommeil

Ce conseil s’adresse en particulier aux « couche-tard ». C’est biologique : certains d’entre nous commencent à être efficaces à partir de midi et sont au top de leur forme quand le soleil se couche. En période de transition, quand la contrainte du bureau n’existe plus, les ‘couche tard’  ont tendance à devenir noctambules : se coucher de plus en plus tard et se lever de plus en plus tard aussi. Cela veut dire que leurs horaires coïncident de moins en moins avec celui de la population active. En période automne/hiver, cela signifie aussi qu’ils sont peu exposés à la lumière du jour. Ces deux facteurs contribuent à augmenter significativement le risque de se sentir isolé et déprimé (manque de vitamines D). Il est donc très important de garder le contrôle de son rythme de sommeil, de ne pas se lever après 9 heures pour rester en interaction avec la population active et bénéficier de la lumière du jour (surtout en hiver).

Si vous avez du mal à dormir, n’attendez pas pour prendre le problème à bras le corps : la sophrologie peut vous proposer des outils très utiles. Parlez-en à votre médecin. Et lisez mon article détaillé sur le sommeil en période de transition.

C’était mon pense-bête pour vous aider à faire de cette période de transition un épisode, certes inconfortable, mais aussi particulièrement utile pour donner à votre vie l’inflexion qui soit en ligne avec la personne que vous êtes.

Étiquettes:

1 commentaire pour “Mes conseils pour bien vivre sa transition professionnelle”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *